FOIE GRAS NON ALCOOLIQUE ET NASH

QU’EST-CE QUE LA « NASH » ?

La NASH est une « stéatose hépatique non alcoolique ». Elle résulte d’une accumulation de graisses dans les cellules du foie, entraînant une inflammation de celui-ci. On parle ainsi couramment de « foie gras ». C’est une maladie malheureusement fréquente et en augmentation dans les pays industrialisés en raison de mauvaises habitudes alimentaires.

QUELS SONT LES FACTEURS DE RISQUE ?

Le principal facteur de risque est la présence d’un « syndrome métabolique ». Le syndrome métabolique se définit par l’association d’une obésité abdominale (tour de taille supérieur à 94 cm chez l’homme et 80 cm chez la femme) et d’au moins deux des critères suivants :

  • Taux de triglycérides supérieur ou égal à 1,5 g/L.
  • HDL (« bon » cholestérol) inférieur à 0,4 g/L chez l’homme ou inférieur à 0,5 g/L chez la femme.
  • Tension artérielle supérieure ou égale à 130 mmHg en systolique et 85 mmHg en diastolique.
  • Glycémie à jeun > 1,1g/L

Autres facteurs de risque : surpoids, obésité et diabète de type II.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES ?

La NASH est généralement asymptomatique et progresse de manière silencieuse. Des symptômes de fatigue, des malaises, voire une gêne abdominale peuvent apparaître. Des symptômes plus sévères se développent ensuite lorsque les complications liées aux anomalies hépatiques surviennent (ascite, hémorragies digestives, etc.).

QUEL EST LE RISQUE ?

Le risque est l’évolution vers la fibrose hépatique, pouvant conduire après plusieurs années à une cirrhose voire à un cancer du foie.

QUAND RECHERCHER UNE NASH ?

La recherche d’une NASH est recommandée chez les patients présentant des facteurs de risque (cf. paragraphe ci-dessus).
Elle peut aussi être découverte fortuitement (cas le plus fréquent) à la suite de perturbations visibles au bilan sanguin.

COMMENT FAIRE LE DIAGNOSTIC ?

  • 1ère étape : rechercher des signes d’atteintes hépatiques :
    Réalisation d’un bilan hépatique (dosage des transaminases, GGT et PAL) couplé au calcul du score FIB-4. En cas d’anomalies, la première étape consiste à éliminer les autres causes possibles d’atteintes hépatiques, notamment la consommation excessive d’alcool, la prise de médicaments ou la présence d’une pathologie pouvant atteindre le foie (comme l’hépatite B ou l’hépatite C).
  • 2ème étape : faire le diagnostic spécifique de la NASH.
    Le diagnostic de la NASH nécessite plusieurs examens : analyses sanguines, examen(s) d’imagerie(s) et éventuellement une biopsie hépatique.

QUELS SONT LES TRAITEMENTS ?

Il n’existe à ce jour pas de traitements spécifiques pour la NASH. Sa prise en charge repose essentiellement sur des mesures hygiéno-diététiques et le traitement des autres facteurs de risque présents (diabète, etc.). Cela inclut une activité physique régulière et une alimentation équilibrée. Une simple perte de poids peut ralentir voire stopper l’évolution de la maladie. Si le stade de fibrose est trop avancé, une greffe hépatique peut être nécessaire.

L’identification, le diagnostic et la prise en charge des sujets à risque de stéatopathie métabolique sont cruciaux pour la santé publique et représentent un défi majeur en hépato-gastroentérologie. La perte de poids et la réduction de la sédentarité sont les éléments centraux de cette prise en charge et demeureront essentiels.

Sources :